• TLV Magazine

Deborah Benasouli, une Artiste avec le cœur au bord des lèvres


Deborah Benasouli gagne certainement à être connue, non seulement pour ses qualités de chanteuse et de professeur de chant (oui, oui c'est notre prof de chant à nous), mais aussi pour ses qualités humaines (elle apportera avec elle ses fondants au chocolat délicieux) pour son perpétuel sourire et son rire tonitruant, même si le confinement ne l'a pas épargné, comme nous tous.


Déborah, la quarantaine, les cheveux courts, habite à Florentine, dans "Le quartier des artistes". Elle commencera, nous dira-t-elle, sa carrière d'artiste d'abord dans le théâtre en France, puis en Israël à l'école de théâtre de Jérusalem. La langue française lui manquera, alors c'est le retour en France, mais avec en mains, un spectacle consacré à Louis Braille (l'inventeur de la méthode pour aveugles) "Louis, l'Enfant de la Nuit" de Patricia O'Donovan, un spectacle qui l'emmènera aux quatre (cinq) coins de l'Hexagone. Ceux qui ont vu un jour Deborah sur scène, ou qui l'entendront, en auront pour leur argent, car c'est une véritable tornade à la voix et aux rythmes exceptionnels.


Une petite escapade, sans suite dans le cinéma avec 'Ne quittez pas' d'Arthur Joffé (Deborah vous aussi une admiration sans bornes mais justifiée à Richard Galliano, à Laurent Terzieff (son inspirateur) et à Claude Lellouche), et Déborah revient au Théâtre, où là non plus, elle n'arrive pas véritablement à percer, bien que là-bas on y travaille aussi le chant, la voix. Et dans la famille Benasouli, on chante. Sa jeune sœur Sarah Benasouli surtout. On chante bien depuis toujours, et à Jérusalem. Cela tombe bien : Déborah aime le jazz, voudrait le chanter, et elle est encouragée par sa sœur dont c'est le métier. Elle sent que ses solides cordes vocales peuvent lui apporter la sérénité artistiques qui lui manque. Autre escapade entre-temps au FSJU à Paris, quand Albert Kadouch, qui dirige l'association, la prend sous sa coupe. Elle mènera ainsi plusieurs missions, avant d'être reprise par le démon du chant, du blues et du jazz. Cette fan absolue d'Ella Fitzgerald, de Billie Holiday et de Sara Vaughan, entamera sa voie comme choriste dans un groupe funk. Elle rencontrera Mila Lumbroso, toujours en France.

Retrouvez la suite de l'article dans TLV Magazine…


Par André Darmon et Elisabeth Lamy


Abonnez vous à TLV Magazine en 1 clic !

0 commentaire