• TLV Magazine

Histoire de la Centrale électrique Reading



Tous les habitants de Tel-Aviv connaissent la fameuse cheminée de la centrale Reading.

Mais connaissent-ils son histoire et surtout, son avenir ? Voici son récit pour le découvrir.


Au nord-ouest de ville à l'embouchure la rivière Yarkon, le site de Reading est une centrale thermique qui fournit de l'électricité au district de Tel Aviv. Construite en 1938 durant la période du mandat britannique, la station était la première turbine du pays, avec une capacité de 12 MW. Elle a été nommée en l'honneur de Rufus Isaacs, 1er marquis de Reading, second Juge en chef d'Angleterre et Vice-roi d'Inde, devenu président de la "Palestine Electric Corporation" en 1926. L'architecte du bâtiment, Ed Rosenhak, a conçu une tour centrale de trois étages, située entre deux ailes identiques, avec une grande entrée face à la ville. Le bâtiment était constitué de plusieurs unités de production d'électricité. Les deux premières, "Reading A" et "Reading B", édifiées dans les années 1950, étaient capables de produire 50 mégawatts chacune. Quatre unités supplémentaires, deux à "Reading C" et deux à "Reading D" ont été ajoutées dans les années 1970. "Reading A" a été fermé en 1967 et a depuis été converti en espace public. "Reading B" a été clos en 2004. "Reading C", condamné en 1981, comprend aujourd'hui un mémorial Ytzhak Rabbin.

À l'heure actuelle, seule "Reading D" est en service, chacune de ses deux unités étant capables de produire 214 mégawatts. Ses eaux de refroidissement se jette dans l'estuaire du Yarkon, produisant de la mousse après avoir dévalé une rampe en ciment. Mais des groupes écologistes ont protesté contre la station électrique qui contribuait selon eux à la pollution de l'air dans la zone urbaine de Tel-Aviv et de la rivière Yarkon. Début 2006, la centrale a été partiellement fermée en raison du non-respect des réglementations environnementales qui l'obligeaient à passer au gaz naturel au lieu du mazout comme principale source de carburant. Depuis lors, elle a rouvert et est désormais alimentée exclusivement au gaz naturel, ce qui a considérablement réduit la quantité de pollution émanant du site industriel.

Article dans son intégralité dans TLV MAGAZINE…


𝘗𝘢𝘳 𝘕𝘰𝘦𝘮𝘪𝘦 𝘎𝘳𝘺𝘯𝘣𝘦𝘳𝘨


Abonnez vous à TLV Magazine en 1 clic !

0 commentaire