• TLV Magazine

Jacques Amouyal, l'intégration par la création d'entreprises


Credit photo : Razvan Chisu

Rendez-vous est pris au restaurant (excellent) de l'Hôtel Alma, l'un des fleurons des entreprises de Jacques Amouyal. Jacques a été le nom qui nous est venu unanimement à la bouche quand la décision fut prise d'interviewer notre premier personnalité francophone.



André : Jacques, qu'est-ce qui a bien pu vous pousser à quitter le cocon toulousain il y a une dizaine d'années ?

Jacques : Au début de l'intifada fin 2002, je suis venu en Israël pour prospecter car mes enfants ne voulaient entendre parler que de Tel-Aviv. Quelques années plus tard, mon épouse Margaret et moi, avons fait notre Alya et on s'y est installé. Après avoir constaté qu'il était difficile pour des francophones de dialoguer en hébreu avec des médecins Israéliens et russes, j'ai ouvert le Centre Médical de Neve Tsedek avec le Dr Edgar Cohen. C'est un Centre Médical francophone qui voulait faciliter les soins des Français à Tel-Aviv, car à cette époque nous avions des difficultés avec les services de santé en Israël ; c'était aussi et beaucoup pour inciter mes deux enfants, tous deux médecins, à nous rejoindre en Israël, d'ailleurs à ce jour tous les deux travaillent au Centre médical Karine Barkate en tant que Gériatre et Franck comme Ophtalmo.

Avec le Dr Edgar Cohen, nous avons donc fait construire et aménager ce centre médical et pendant les travaux j'allais régulièrement avec les différents corps de métier m'installer pour discuter au restaurant sur le trottoir d'en face. Il n'y avait aucun restaurant Cacher à Neve Tsedek et avec des amis toulousains, Edgar et James, nous avons finalement repris ce restaurant italien qui est devenu le "Rendez-Vous", un Restaurant cacher. Il faut dire qu'à l'époque il y avait très peu de restaurants cachers à Tel Aviv. Et plus tard avec mes associés toulousains, nous avons eu l'opportunité d'ouvrir un second restaurant dans la même rue Lilienblum, le Carmen, qui vient malheureusement de fermer ses portes. Un peu plus tard avec d'autres associés, James, Dan ainsi que ma fille Sandie et Julien son époux, nous avons repris l'Hôtel ALMA, rue Yavné à Tel-Aviv avec son restaurant, son rooftop pour événements, son jardin somptueux, là où nous déjeunons aujourd'hui.


Elisabeth : Avez-vous ressenti des différences entre faire des affaires en France et les faire en Israël ?

Jacques : il existe une grosse différence ; en France quand on achète un bien et que l'on est d'accord avec le vendeur, tout se déroule en général normalement et l'affaire se conclue à 95%. Ici en Israël, il m'est arrivé de nombreuses fois de me mettre d'accord avec le vendeur et que celui-ci change d'avis chez l'avocat au dernier moment et ce pour différentes raisons.

Interview dans son intégralité dans TLV MAGAZINE…


𝘗𝘢𝘳 𝘌𝘭𝘪𝘴𝘢𝘣𝘦𝘵𝘩 𝘓𝘢𝘮𝘺 𝘦𝘵 𝘈𝘯𝘥𝘳𝘦́ 𝘋𝘢𝘳𝘮𝘰𝘯


Abonnez vous à TLV Magazine en 1 clic !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout