• TLV Magazine

Judaïsme à la mode Tel-Aviv


Ils ne sont pas religieux et n'ont pas fait leur Téchouva vers la pratique.

Ces dernières années, Tel-Aviv a connu une révolution juive du coté des "laïcs".

Les vieilles synagogues presque abandonnées, se sont à nouveau emplies de personnes qui entrent après leur baignades en mer, ou avant d'aller à une fête. Ils n'y voient pas d'incompatibilité. Leurs rencontres lors d'études avec les Rabbins ont une influence mutuelle.


Dans la ville des extrêmes, mais aussi des contraires, on a pu assister il y a quelques années, d'un coté, à une manifestation d'homosexuels, mais aussi à quelques centaines de mètres, au plus grand repas de Chabbat qui sera inscrit et homologué par le Guinness.

Cela fait assez longtemps que "la ville qui ne s'arrête jamais", capitale de la vie nocturne grâce à ses fêtes en tous genres, laisse entrevoir un intérêt pour le Judaïsme.

Il n'est pas question ici d'un grand retour à la Torah ni d'une transformation des laïcs en religieux ou en plus croyants. Ceux qui vivent ce processus le définissent plutôt comme un intérêt nouveau dans la tradition juive. Non pas par obligation ni par le besoin de se plonger dans l'étude d'une page de Talmud, mais surtout par respect et désir de comprendre cette tradition.


Le domaine où cette vague se fait bien sentir est la présence dans les synagogues. Pour exemple : rue Ben-Yehuda, trois synagogues dans un rayon de 300 mètres sont envahies par ces non-religieux. Ces mêmes trois locaux allaient être définitivement fermés, étant presque abandonnés.

Retrouvez la suite de l'article dans TLV Magazine…

Par Haim Bismuth

Abonnez vous à TLV Magazine en 1 clic !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout