• TLV Magazine

La Banque d'Israël intervient sur le marché hypothécaire


Le volume des prêts hypothécaires augmente de façon significative, entraînant non seulement un niveau de risque plus élevé, mais aussi une augmentation indirecte des prix de l'immobilier. Le professeur Amir Yaron, Gouverneur de la Banque d'Israël, décide d'interdire aux banques d'accorder un prêt pour l'acquisition d'un appartement en hypothéquant un autre appartement déjà en possession.


Une pratique courante s'était déjà installée au sein des banques : celle d'octroyer des crédits hypothécaires sur des appartements déjà existants, permettant ainsi à l'acquéreur d'augmenter sa capacité d'endettement dans le cadre d'une acquisition immobilière. Mais cette pratique a-t-elle des limites ? Et est-elle sans risques ?


Un marché hypothécaire en augmentation constante


Les chiffres issus du bureau central des statistiques israélien (CBS) révèlent une augmentation constante depuis 3 ans du volume des prêts contractés dans le cadre d'une acquisition immobilière. La baisse des taux d'intérêt, rendant ainsi l'argent bon marché, stimule le marche hypothécaire, mais le rend également plus risqué et a pour conséquence indirecte une augmentation des prix de l'immobilier. Car plus l'argent est bon marché, et plus la demande sur le marché de l'immobilier est importante, entrainant une augmentation des prix du logement.

Toute les infos dans un article à découvrir dans TLV MAGAZINE…


Par Elisabeth DRAY / EC Nadlan TLV


Abonnez vous à TLV Magazine en 1 clic !

0 commentaire