• TLV Magazine

Le prosélytisme conquérant des minorités sexuelles inquiète


Si le 25 juin dernier, plus de 100.000 personnes ont défilé à Tel-Aviv en soutien à la parade organisée par les défenseurs des minorités sexuelles, l'affluence constatée lors de cet événement ne doit pas étouffer le sentiment - l'inquiétude, et parfois la nausée - éprouvé par une immense partie de la majorité silencieuse d'Israël. Car les médias officiels, ceux qui formatent l'opinion, passent sous silence les sentiments de cette majorité silencieuse, qui est celle du pays juif profond. Cette foule immense et silencieuse, dont la vie est le plus souvent régie par la tradition et le bon sens, que ressent elle ?


D 'abord elle est inquiète. Le fait que ces comportements puissent devenir la norme l'effraie. Cela transparaît ("Mais où allons-nous ?") dans les conversations informelles qui se tiennent dans les familles ou avec ses amis. Sur les réseaux sociaux, les gens se lâchent : l'anonymat autorise alors toutes les vulgarités, toutes les violences. Lorsque cette voix (c'est plus rare) se fait entendre dans les journaux, c'est généralement pour exprimer non pas l'intolérance, mais la lassitude. Comme cela ressort d'un courrier des lecteurs du Jérusalem Post, publié le 4 juillet dernier: "Récemment, des photographies montraient une ville couverte de déchets après un défilé LGBT. Je n'ai aucun problème avec la communauté LGBT et j'y ai beaucoup d'amis. J'ai un problème avec les manifestations de la ville, les défilés et les événements qui bloquent les transports en commun nécessaires, laissant par la suite d'importantes quantités de déchets derrière eux, de sorte que le contribuable municipal doit payer la facture du nettoyage ! Quant à "sortir du placard", ce n'est pas un problème non plus, mais est-il nécessaire de faire connaître ses préférences sexuelles ? Ce que l'on fait avec son partenaire consentant est une affaire strictement privée qui ne doit pas être diffusée à des fins de consommations publique."


J'ai trouvé ce courrier courageux, et j'ai voulu savoir qui l'avait écrit. J'ai enquêté, et il s'est révélé que son auteur est un juif de Tel-Aviv, âgé de 93 ans, né en Afrique du Sud et architecte de profession. Il ne s'agit donc pas d'un extrémiste religieux ! Ces quelques lignes reflètent bien l'opinion de cette majorité silencieuse qu'aucun média ne relaie. Du fait qu'elle ne s'exprime pas, on en conclut hâtivement qu'elle n'existe pas…

La suite dans TLV MAGAZINE…


𝘗𝘢𝘳 𝘔𝘪𝘤𝘬𝘢𝘦𝘭 𝘓𝘈𝘜𝘚𝘛𝘙𝘐𝘈𝘛


Abonnez vous à TLV Magazine en 1 clic !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout