• TLV Magazine

Les clowns contre le corona

Dernière mise à jour : févr. 7


Rire de la pandémie ? Si c'est une plaisanterie elle est de mauvais goût ! 100 millions de personnes infectées, plus de 2 millions de morts : vous trouvez ça drôle ? Loin de se moquer des victimes, utilisant les vertus thérapeutiques du rire, les clowns médicaux des DREAMS DOCTORS d'Israël apportent consolation et optimisme à ceux qui, hospitalisés, luttent contre le virus. A Tel-Aviv, Nimrod Eisenberg est l'un de ces anges gardiens qui offrent aux malades le réconfort qui les conduira à la guérison.

Rencontre…


46 ans, l'allure sportive, le sourire franc, la pognée de main énergique : quand il descend de chez lui, rue Bar Hoffman, dans le quartier branché de Florentine à Tel-Aviv, Nimrod Eisenberg affiche un look sérieux. En le croisant dans la rue, vous pourriez croire qu'il bosse dans une start-up ou dans une banque. Pas du tout : artiste, jongleur, mime, marionnettiste, metteur en scène, Nimrod - qui préfère qu'on l'appelle Max - est avant tout clown. Mais attention : avec une spécialité bien précise - clown thérapeutique. Il raconte son parcours :

"Fils d'une mère sage-femme et d'un père médecin, mes parents auraient bien aimé me voir suivre leurs traces et devenir quelqu'un dans les métiers de la santé. Mais je sentais que ma vocation était d'être acteur. Il ne m'a pas été facile de le leur faire accepter. J'ai commencé par tourner dans le pays en faisant du jonglage, des acrobaties, du mime. Je même allé à Paris étudier les arts du cirque à l'Ecole internationale de Théâtre Jacques Lecoq. A l'université de Haïfa, j'ai obtenu une licence de clown thérapeutique. Oui, en Israël, on considère qu'être clown est un vrai métier , qui ne s'improvise pas et qui s'apprend, et que le rire a une réelle action thérapeutique."

La suite dans TLV Magazine…


Par Mickael Laustriat


Abonnez vous à TLV Magazine en 1 clic !

0 commentaire