• TLV Magazine

ROTHSCHILD, un boulevard en...Or !


Credit photo : Yoav Aziz

Londres possède ses Lords Rothschild, la France sa banque et son hôpital Rothschild et Tel-Aviv, elle, ne possède qu'un simple boulevard mais qui demeure toutefois l'une des rues les plus importantes et emblématiques de Tel-Aviv. C'est donc le baron Edmond James de Rothschild de la dynastie bancaire française des Rothschild qui a donné son nom à ce boulevard.


Grand philanthrope, le baron Edmond est connu sous le nom de "Hanadiv Hayadou'a", ("Le bienfaiteur bien connu").. Rothschild fut ainsi l'un des premiers boulevards à s'élever à Tel-Aviv il y a plus de 100 ans et il s'étend, du sud, du quartier de Neve Tzedek, vers le nord à travers la ville blanche de Tel-Aviv. De grandes institutions financières, des start-ups et des dizaines de restaurants parmi les meilleurs restaurants de Tel-Aviv, bordent ce boulevard pastoral, toujours en activité. Quand ce ne furent pas les manifestations bruyantes et réitérées contre le gouvernement pendant les élections, le Boulevard fut, il y a quelques années, le théâtre de manifs contre la vie chère, et de l'implantation de nombreuses tentes de SDF. Continuons notre promenade. Plus loin, l'Institut français et le Centre Culturel Français ont cédé leur devanture à une grande et toute nouvelle boulangerie française. La longue rue abrite des promeneurs de chiens, des couples d'homosexuels -c'est leur rue privilégiée- dans une ville qui est aussi, étonnamment, leur rue, apparemment en tout cas. Y défilent des centaines de cyclistes et de trottinettes, sur des sentiers pédestres et cyclables aménagés, et les couples d'amoureux s'arrêtent aux singuliers kiosques à café situés en plein centre du boulevard. Il y demeure une ambiance de vacances, sereine, à peine troublée par les aboiements des chiens qui se croisent et se défient. C'est au 104 du Boulevard Rothschild que la Fondation Edmond de Rothschild, qui promeut les artistes israéliens, a choisi de s'installer. Au bout du boulevard, le théâtre Habima, le théâtre national d'Israël, l'auditorium Fredrik Mann, la maison de l'orchestre philharmonique d'Israël ont élu domicile sur l'esplanade. Habima, premier théâtre de langue hébraïque au monde, a été fondé en 1918 à Moscou, avant de venir s'installer à Tel-Aviv.


La présence de Ben Gourion et de Dizengoff


On croisera sur notre parcours au numéro 16, l'Independence Hall, où la déclaration d'indépendance d'Israël a été émargée en 1948, hall en pleine réfection actuellement, et devant lequel trône la statue de Meir Dizengoff à cheval. La maison Lederberg créée en 1925, à l'intersection de la rue Allenby, présente une série de grandes peintures murales en céramique conçues par Ze'ev Raban, membre de l'école Bezalel. Mais ce qui est le plus singulier, ce sont les regroupements des habitants de la ville qui s'assoient et regardent passer paisiblement et régulièrement le monde, en déjeunant sur l'herbe, assis sur la myriade de bancs aménagés. Il vous faut ainsi vous promener sur ce joli et large boulevard bordé d'arbres et où de nombreux bâtiments Bauhaus possèdent une histoire riche désormais classée par l'UNESCO.

Retrouvez la suite de l'article dans TLV Magazine…


Par Yehouda Bethleem


Abonnez vous à TLV Magazine en 1 clic !

0 commentaire