• TLV Magazine

Tel-Aviv : Donner ses cheveux pour lutter contre le cancer


Les fondateurs de Zichron Menahem

Les statistiques sont terribles : une femme sur quatre sera un jour touchée par le cancer et pour près de 60 % d'entre elles, la perte des cheveux est l'aspect le plus traumatisant de la maladie. En Israël, pour conforter les victimes, touchées dans leurs corps comme dans leur image, un mouvement spontané, initié par la marque Pantène et par l'association Zichron Mena'hem, collecte des cheveux naturels pour fabriquer des perruques à leur intention. A Tel Aviv, le salon de coiffure Yaron Azoulay, qui se trouve au 43 rue Brodetsky, participe depuis longtemps à cette opération.


Tout commence en 2006, au Canada. Le fabricant de shampoings Pantène, associé à la Canadian Cancer Society, décide d'organiser une collecte de cheveux pour offrir des perruques à un groupe de femmes frappées par le cancer. Soutenue par l'opinion, l'opération gagne les USA et l'Europe et connaît aussitôt un franc succès. Dès 2008, plus de 2500 personnes se sont fait couper les cheveux. Depuis le lancement de cette campagne, de nombreuses femmes à travers le monde continuent à faire don de leurs cheveux. On les évalue à près de 50000. En Israël, pour prendre le relais de cette opération, Haim Ehrental et son épouse Miri décident de fonder l'organisation caritative Zichron Mena'hem (www.zichron.org ou 02-6799-711) à laquelle tous peuvent participer. Elle porte le nom de leur fils Mena'hem, qui a succombé à une leucémie à l'âge de 15 ans.


L'obligation d'être belle


Marjorie Jacquet, qui a survécu à un cancer du sein et à la dégradation de son image suite à la perte de ses cheveux, témoigne de sa souffrance dans son autobiographie (Les cheveux dont je rêvais, Milo éditeur) : "Le grand drame des femmes dans notre société, c'est que passé 45 ans, elles sont bonnes à jeter comme de la piquette bouchonnée. Tandis que les hommes se bonifient au fil du temps comme les grands crus, on leur pardonne tout rides, cheveux blancs, crâne chauve, gros bide. Mais vous imaginez une femme complètement chauve ? Le choc. Depuis que nous sommes petites, nous n'y pouvons rien, nous sommes conditionnées pour être belles."

La suite dans TLV MAGAZINE…


𝘗𝘢𝘳 𝘔𝘪𝘤𝘬𝘢𝘦𝘭 𝘓𝘈𝘜𝘚𝘛𝘙𝘐𝘈𝘛


Abonnez vous à TLV Magazine en 1 clic !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout