• TLV Magazine

Une femme de Tel-Aviv à la tête de la Banque d'Israël


Le 3 septembre dernier, quand a été annoncée la nomination de Shulamit Géri au poste de Directeur exécutif (CEO) de la Banque d'Israël, on s'attendait à ce qu'un grand chorus de voix féministes vienne célébrer l'évènement ! Or rien ne se passa. Même réserve du coté des médias. A l'évidence, tous se sont dit qu'il ne pouvais s'agir que d'une personnalité sévère et pincée, façon Christine Lagarde, sa collègue à la Banque Européenne. La encore : grave erreur ! La femme qui veille sur les finances de l'Etat hébreu et la bonne tenue du shekel a tout pour séduire - et tenir à distance - les loups de Walls Street.


Comment devient-on directrice de la Banque d'Israël quand on est une femme ? Shulamit Géri - et sa soeur jumelle Naomi- naissent en 1960 dans une famille Rosenberg, d'abord installée dans le nord du pays, à Sdé Eliezer, puis à Netanya. La modernité ne fait pas peur à leur parents, qui les laissent poser pour des magazines de mode. Et à 18 ans, les deux jumelles se produisent sur la scène de la Fashion Week de Tel-Aviv, puis à Jérusalem, où elles défilent comme mannequins pour les vêtements de sport de la société Terra. On les remarque pour leur aisance et tout naturellement le metteur en scène, Avi Nesher, leur confie un rôle dans son film, The Band, une comédie musicale israélienne qui connaîtra un grand succès dans les années 80. Le cinéma les attire, et elle se produisent à nouveau sur grand écran dans "Not Yet Paradise", une comédie dramatique de l'américain Jonas Mekas. En 1981, elles accompagnent le Igal Bashan qui postule pour représenter Israël à l'Eurovision. C'est alors que les parents Rosenberg soucieux de la réussite de leurs filles, mettent le holà. Finie la récréation, assez joué : direction l'Université.


Du showbizz au business tout court


Et là, Shulamit se révèle aussi studieuse que sérieuse. Elle décroche une licence en droit de l'Université de Tel-Aviv et devient avocate. Elle se familiarise avec les subtilités de la législation commerciale et civile dans plusieurs cabinets d'avocats. Elle arbitre des fusions de sociétés, obtient des franchises pour Zara, Pull & Bear, Guess, et autres grandes marques internationales. Parallèlement, elle trouve le temps de se marier avec l'homme d'affaire Stephen Géri et apprend à protéger sa vie privée et familiale (naissent trois filles : Ariel, Noa et Yael) alors qu'elle rejoint, en 2003, l'Institut Weizmann.

Retrouvez la suite de l'article dans TLV Magazine…


Par Mickaël Laustriat

Crédit photo : Globes


Abonnez vous à TLV Magazine en 1 clic !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout